22/03/2011

Muscles cars history : La Ford Mustang évolue...

Malgré son statut de Ponycar, la Mustang va  se rapprocher de plus en plus des muscle cars intermédiaires en changeant progressivement de gabarit et en adoptant des moteurs de plus en plus volumineux. Un "compromis" permettant de récupérer à bon compte la clientèle des muscle cars sans perdre celle des pony cars (il importait aussi de répondre positivement aux critiques portant sur l'habitabilité médiocre des premiers modèles).

 

Cette tendance sera notamment marquée par l' introduction dans la gamme (à compter du millésime 1967) du V8 390 ci ( 6,5l) réservé jusqu' alors aux séries hautes. En parallèle, la Mustang Shelby (née en 1965 avec une variante affûtée du V8 289 "HP")...

muscles 12 shelby 350 gt 65.jpg

...s'offre pour sa part un V8 de 428 ci (7 litres) de 400 chevaux réservée à la série GT 500. Un an plus tard, ce même V8 (type "Cobra Jet") intègrera la gamme Mustang de série (les versions Shelby étant quant à elles assemblées à part dans les ateliers de la Shelby American jusqu'en 1969) en même temps qu'un autre "big block" de 427 ci. 

 

muscles 12 gt 500 v8 7 l.jpg

En 1969, le lancement des versions "Boss" et "Mach 1" à hautes performances (proposées toutes les deux avec plusieurs "big blocks" optionnels dont un surpuissant 429 ci "Cobra Jet" à couvre-culasses en magnesium et chambres de combustion hémisphériques) viendra confirmer cette évolution vers la "performance totale", pour reprendre un célèbre slogan de Ford.

Boss 302 1969

muscles 12 mustang boss 302 69.jpg

Mach 1 1969

muscles 12 mustang mach 1 69.jpg

Cette métamorphose sera achevée en 1971 lorsque la Mustang adoptera une nouvelle caisse plus longue, plus large et plus lourde. Désormais, elle apparaît de plus en plus proche des muscle cars mais cette évolution ne sera pas toujours du goût de ses anciens clients qui regretteront souvent les lignes graciles et le format réduit de la première version.

muscles 12 mach1 71.jpg


19:27 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

18/03/2011

Muscles cars history : Et Buick dans tout cela?

Buick n'a pas produit  beaucoup de modèles à l'époque de muscle car (1967 à 1972), mais le peu qu’il y en avait a marqué l’esprit de ceux qui avait la chance d’en possèder une,car ses performances n’étaient pas en reste,comparer aux autres marques…

muscles 11 buick skylark gansport 65.jpg


  

 Le GS "Gran Sport" de 1965 ( ci dessus ) et 1966 étaient basés sur le modèle Skylark mais Buick n’était visiblement pas tenté par l’aventure des premières muscles cars,et tout comme Chevrolet,son approche fut timide

 Pour 1967, la Skylark n’étant pas populaire auprès des jeunes,Buick fait de la GS un

modèle propre,perdant l’appelation Skylark...

 

muscles 11 GS 400 Sport Coupe 67.jpg


La GS a un nouveau moteur, un V8 de 400 ci de 360cv qui a remplacé le 401 précédent

 Il y avait aussi une GS 340 ( 260 cv) pour l'année modèle 1967, qui comprenait un petit moteur de 340 ci.

 

La GSX de 1970 a été évaluée par Motor Trend comme la voiture la plus rapide de production américaine, sur  1 / 4 mile jusqu'à ce moment.

 

muscles 11 buick gsx 1970.jpg

Le plus gros des moteurs équipant la GSX etait un 455 ci (7,4l !) donné pour 345cv,mais il est très plausible qu'il en dévellopait au moins 500 ! 

Malheureusement les réductions drastiques d'apres 1972 ont fait chuté la puissance de ce super moteur est redescendu a un petit 260cv...ce qui en faisait quand même un des plus costauds de la catégorie !

 

muscles 11 buick gsx 72.jpg

 

19:49 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

12/03/2011

Muscles cars history : Ford et GM au coude a coude

Si la Ford Mustang reste largement en tête de la compétition avec un score de près de 460 000 unités vendues en 1967....

muscles 10 mustang 68.jpg

....il n'en reste pas moins qu'elle devra désormais compter avec ces deux nouvelles rivales que sont la Camaro et la Firebird,qui  ne manquent pas d'atouts pour détourner la clientèle : une ligne réussie, une gamme complète de moteurs à 6 et 8 cylindres, une fourchette de prix compétitive et un niveau de performances comparable.

muscles 10 camaro 70.jpg

Par la suite, la menace se révèlera de plus en plus réelle. A partir de 1969, les courbes s'inversent de façon significative : la Camaro frôle alors les 250 000 exemplaires tandis que la Mustang redescend à la lisière des 300 000 unités.

muscles 10 mustang 69.jpg

Au début des années 70, les deux rivales vont se retrouver quasiment à égalité sur un marché qui s'est sensiblement réduit. Pour sa part, la Firebird devra se contenter d'un brillant second rôle, à distance respectable de la Camaro, plus populaire et meilleur marché.

muscles 10 Pontiac_Firebird 70.jpg

Dotées toutes les deux d' une nouvelle carrosserie très séduisante pour le millésime 1970, elles vont elles aussi se laisser gagner par une tendance certaine à prendre du poids et des centimètres, à l'instar de la Mustang, rejoignant ainsi les muscle cars par la taille et le caractère. Une "remise à niveau" sanctionnée favorablement par la clientèle et qui permettra à ces deux séries de traverser les années 70 sans déchoir.

muscles 10 camaro 71.jpg


10:40 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

11/03/2011

Muscles cars history : Barracuda : la 3e sera la bonne!

Chez Plymouth ;le  troisième essai sera plus convaincant pour la Barracuda. Complètement restylée en 1970, la Barracuda s'offre cette fois un design spécifique qui ne doit plus rien à celui de la Valiant. Plus agressive, plus volumineuse, elle paraît désormais plus proche des muscle cars et sa nouvelle ligne tout en galbes est une incontestable réussite.

Plymouth Barracuda 1970

 

muslcles 10 plymouth barra 1970.jpg

Cette métamorphose va de pair avec une ambitieuse montée en gamme. Outre la série Barracuda classique (l'appellation désignant dorénavant les versions de base dotées de 6 cylindres ou de V8 "small blocks"), le catalogue s'enrichit d'une série " 'Cuda" mieux équipée et proposée en option avec un volumineux V8 440 ci de 375 chevaux ou un 426 "Hemi" de 425 chevaux.

Plymouth "Cuda" 1970

muscles 9 cuda 71.jpg

Particulièrement performante dans cette dernière configuration, la " 'Cuda" peut être considérée comme un authentique muscle car qui peut aisément passer sous la barre des 14'' aux 400 mètres départ arrêté. Ses exploits au championnat Trans' Am (sous l'égide de Dan Gurney qui fera préparer une série spéciale "All American Racer" à moteur V8 340 modifié) ont également contribué à forger son image.

Dan Gurney 

muscles 9 gurney transam 71.jpg

Pourtant, la dernière génération de Barracuda n'a connu qu'un succès éphémère sur son marché. Il faut néanmoins relativiser ce résultat décevant. Entre 1970 et 1974, elle devra en effet partager sa clientèle potentielle avec la Dodge Challenger, son clone presque parfait enfanté par l'autre marque populaire du groupe Chrysler.

Dodge Challenger 1972

muscles 9 1972_dodge_challenger.jpg

Plus "valorisante" en un sens (le nom de Dodge étant devenu synonyme de hautes performances, à l'époque), la Challenger offrait exactement les mêmes prestations que la Barracuda sous une apparence à peine modifiée. C'est pourtant cette version que la clientèle a plébiscitée durant cette période, au détriment de Plymouth.

 

16:15 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

07/03/2011

Muscles cars history :Oldsmobile Hurst 4.4.2

 

Georges Hurst,est l'inventeur d’un levier de vitesse spécial permettant de passer les rapports plus rapidement et il se fait ainsi connaitre dans le domaine de la voiture haute performance.Il travaille pendant plusieurs années a l'évolution des dragsters. Hurst devient rapidement un nom respecté dans le domaine des courses d'accélération. Dès 1965, Hurst Performance produit des roues spéciales pour la Pontiac GTO.

En 1968, Hurst et Oldsmobile collaborent encore en créant la Cutlass 4-4-2 Hurst, une version haute performance vendue par des concessionnaires triés sur le volet, ce qui explique la production limitée à 515 unités.

muscles 9 olds 442 hurst.jpg

Propulsée par le même énorme V8 de 455 pouces cubes (7,4 L) qui équipe la Toronado, la 4-4-2 Hurst fait 390 chevaux et 500 livres-pied de couple associés à une transmission manuelle à levier Hurst (évidemment) à quatre vitesses.

 

muscles 9 olds 442 hurst.dash.jpg

 

Une véritable catapulte! Les 4-4-2 Hurst 1968 sont facilement identifiables à leur couleur particulière, soit argent (Peruvian Silver) assortie de bandes décoratives, avec coffre peint en noir.

muscles 9 olds 442 hurst.back.jpg


 

20:51 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

04/03/2011

Muscles cars history : Camaro,Firebird & Cougar

Lancées en réponse à la Ford Mustang, les Chevrolet Camaro et Pontiac Firebird ont un peu tardé à entrer en scène. Dans un premier temps, les stratèges de la General Motors se sont contentés d'analyser le "phénomène" Mustang avec perplexité. N'étant pas vraiment convaincus, ils ont hésité longtemps à rejoindre le mouvement.

Après avoir constaté que le succès de la Mustang n'était pas qu'un feu de paille, la General Motors s'est empressée de rattraper le temps perdu. Présentée fin 1966, la première Chevrolet Camaro emprunte beaucoup à la Mustang, moins par son style que par sa philosophie.

muscles 8 Camaro - media.motortopia.jpg

Dérivée elle aussi d'une série compacte (la Nova, en l'occurrence), elle en reprend de nombreux composants. La version de base, un coupé 6 cylindres, est proposée à 2466 $, soit 5 $ de plus que la Mustang la moins chère. A tous égards, la Camaro lui est comparable. Ses dimensions ,a quelques cms pres sont quasiment identiques ) et un  catalogue d'options tres fourni permet au client de se confectionner un modèle quasiment sur mesure.

muscles 8 1967ChevyCamaro.jpg

En définitive, un modèle tout équipé pouvait ainsi faire monter la facture finale à près du double du prix promotionnel du modèle de base, l'essentiel consistant à convaincre l'acheteur qu'il ne s'agissait plus du tout de la même voiture ; ce qui n'était pas tout à fait faux sans être tout à fait vrai..

 

 Mêmes principes, mêmes effets avec la Pontiac Firebird, lancée 6 mois plus tard et qui n'est autre qu'une Camaro plus raffinée et (théoriquement) plus performante, cette différenciation marketing correspondant étroitement au positionnement distinct des divisions Chevrolet et Pontiac.

muscles 8 Pontiac_Firebird.jpg

Contrairement à la Plymouth Barracuda, les deux premiers pony cars lancés par la General Motors connaîtront un franc succès dès leurs débuts : 220 000 Camaro trouveront ainsi preneur en 1967 auxquelles s'ajoutent 80 000 Firebird.

muscles 8 _Pontiac_Firebird_400_H_O_Coupe.jpg

Lancée fin 1966, soit trois ans après la Mustang, la Mercury  Cougar, d'un gabarit supérieur et destinée à une clientèle plus aisée, aurait pu prétendre à un rôle majeur sur le marché des muscle cars. Au fil des ans, cette série profitera d'ailleurs de motorisations de plus en plus prometteuses  

muscles 8 cougar 67.jpg

Aux V8 289 et 390 ci qui constituent l'offre de base s'ajouteront ainsi un V8 428 ci de 335 chevaux ainsi qu'un 427 ci de 390 chevaux (Cougar GTE) en 1968, puis un 429 "Boss" de 375 chevaux, disponible deux ans plus tard.

muscles 8 mercury-cougar-maroon-fa-nf.jpg

Des moteurs à haut rendement déjà proposés sur les Mustang de haut de gamme comme dans les séries Mercury Cyclone et Ford Torino. Dans la gamme Cougar, ces moteurs seront exclusivement réservés aux versions les plus sportives portant la désignation GTE et "Eliminator", cette dernière résumant bien la vocation "criminogène" du modèle...

MUSCLES 8mercury-cougar.jpg

17:27 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

27/02/2011

Muscles cars history : GM réagit

Le succès de la Pontiac GTO ne tardera pas à faire jurisprudence. Dès 1965, Chevrolet se lance dans la course en montant un gros V8 de 396 ci (6,5 l environ) et 375 chevaux dans la caisse légère de sa Chevelle Malibu "SS (ci dessous) pour Super Sport).

MUSCLES 5 chevrolet-malibu-ss-2-door-coupe-1965.jpg

Ce n'est qu'un début. Au fil des ans, la série Chevelle, née comme une modeste série intermédiaire, va elle aussi attirer les jeunes amateurs de sensations fortes en recevant des V8 de plus en plus gros, partagés le plus souvent avec la très sportive Corvette et la Camaro.

muscles 5 chevelle 66.jpg

Jusqu'au monstrueux 454 ci proposé en option à partir de 1970 et développant jusqu'à 450 chevaux... Un sommet qui ne sera plus jamais dépassé par la suite.

La Chevrolet Corvette en 1966

MUSCLES 5 CORVETTE.jpg

Même enjeu, même résultat chez Buick dont la gamme s'enrichit de quelques variantes sportives à partir de 1965 : modèle d'accès de classe intermédiaire, la Skylark se voit proposée dans une variante "Gran Sport" (GS) qui reçoit le V8 401 ci (6,5 l environ) des séries supérieures et dont la puissance atteint 325 chevaux.

Buick GS 1966

MUSCLES 5 1966_Buick_GS.jpg

Au sommet de la gamme, le prestigieux coupé Riviera, de la classe des "personal luxury cars", suit lui aussi le mouvement en s'offrant un package "GS" incluant des jantes sport en alliage, un pont autobloquant et un V8 de 425 ci gavé par 2 carburateurs quadruple corps et alignant 360 chevaux. Son prix élevé et son gabarit important n'en font cependant pas un muscle car représentatif de l'espèce. Il s'agit davantage d'un coupé raffiné (dans l'esprit de la Chrysler 300) offrant des performances élevées et destiné à une clientèle plus mûre.

Pour sa part, la Skylark GS connaîtra de multiples évolutions en accueillant (comme la Chevelle SS et la Pontiac GTO) des V8 de plus en plus puissant, un 455 ci (7, 4 l environ) étant même offert dans cette gamme à partir de 1970.  

Oldsmobile, autre marque de classe moyenne du groupe GM, saura elle aussi profiter de "l'effet GTO". Son package optionnel "4-4-2" (cette désignation signifiant 4 vitesses au plancher, carburateurs à 4 corps et 2 sorties d'échappement) réservé à la série intermédiaire F85 Cutlass est d'ailleurs introduit au catalogue la même année.

MUSCLES 5 OLDS 442 1966.jpg

Il deviendra presqu'aussi emblématique que le label "GTO". Proposée au départ avec un V8 330 ci de 310 chevaux, l' Oldsmobile 4-4-2 deviendra l'un des plus puissants muscle cars du marché en se dotant du V8 de 455 ci de la Buick GS dans une exécution donnée pour 375 chevaux.

 

Dès le milieu des années 60, General Motors prend ainsi une avance décisive sur le marché naissant des muscle cars avec ces 4 "intermédiaires" vitaminées que sont la Chevrolet Chevelle SS, la Pontiac GTO, l' Oldsmobile 4-4-2 et la Buick Skylark GS. 4 séries apparemment différentes mais qui partagent en fait leur plateforme et nombre de pièces mécaniques sous une apparence distincte.


19:30 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

26/02/2011

Muscles cars history : La Mustang est elle une muscle car?

Il faut bien l'avouer, les performances proprement exceptionnelles de la première Pontiac   GTO (les meilleurs temps réalisés donnent 6 secondes à peine pour atteindre les 100 km/h depuis l'arrêt, le cap des 160 km/h étant franchi en 14 secondes ..) ont beaucoup surpris, à l'époque.

muscles 4 gto noire.jpg

De fait, elles dépassent le potentiel des meilleures voitures de sport européennes du moment vendues trois voire quatre fois plus cher sur le marché américain... Mais surtout, la "GTO" (conforme en cela aux exigences initiales de John De Lorean) apparaît comme un "concept" tout à fait cohérent, sa maniabilité et ses prestations routières s'avérant en rapport avec ses insolentes performances.

L'année 1964 peut etre considérée comme une année charniere ,un moment décisif dans l'histoire qui se profile a l'horizon,d'autant qu'elle correspond aussi a la naissance d'un mythe qui va marquer l'histoire de la voiture américaine : la Mustang

muscles 4 Ford-Mustang_1964_800x600_wallpaper_01.jpg

Avec son long capot, sa calandre agressive, sa poupe tronquée et ses décorations suggestives, la Mustang 1964 ressemble beaucoup à une voiture de sport mais elle est encore loin d'en avoir le tempérament. Les motorisations dont elle profite à ses débuts reflètent bien les intentions initiales de ses concepteurs : la version de base se contente d'un modeste 6 cylindres de 2,8 litres développant 102 chevaux à peine (un autre 6 cylindres un peu plus puissant sera proposé dans le courant de l'année 1964), et le seul V8 disponible en option (le plus petit offert dans la gamme Ford) est un 260 ci (4,2 litres environ) affichant 164 chevaux seulement.

Les premiers acheteurs de la Mustang ont commencer par...se plaindre ! en effet,les lignes agressives de la voiture  ne sont guère refletées par ses décevantes performances,il fallait des lors corriger le tir ; 

Fin 1964, le catalogue s'enrichit donc de nouvelles motorisations nettement plus ambitieuses : le V8 260 ci des débuts fait place à un V8 289 ci (4,7 litres environ) offrant 3 niveaux de puissance : 200, 225 et 271 chevaux, cette dernière variante ( désignée "HP") étant réservé aux versions les mieux équipées et les plus chères.

muscles 4 moteur-289-ci.jpg

 

La liste des équipements optionnels s'allonge en conséquence : freins à disque à l'avant, pneus "hautes performances", jantes alliage, suspensions renforcées, boite à 4 rapports entièrement synchronisée, etc...

muscles 4 1965_Ford_Mustang_2D_Hardtop_Front.jpg

Et une nouvelle carrosserie "fastback" (présentée comme un coupé 2+2), au style plus sportif encore, fait son apparition dans la gamme.

muscles 4 1966-Ford-Mustang-Fastback-Blue-1280x960.jpg

 

 Ses dimensions et son poids réduit n'en font cependant pas un muscle car, tout au moins à l'origine. Surnommée "pony car" par ses afficionados (en référence à son patronyme mais aussi à sa petite taille), la première Mustang va, par ailleurs, inspirer une nouvelle génération de coupés et cabriolets procédant d'un cahier des charges similaire. A cette nouvelle famille (bientôt définie sous l'appellation générique de "pony car").se rattachent la Plymouth Barracuda, la Rambler Javelin, la Chevrolet Camaro et la Pontiac Firebird.

12:30 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

25/02/2011

Muscles cars history : Le déclic : la Pontiac GTO

Au début des années 60, le Championnat Nascar connaît une grande notoriété aux Etats Unis. Au point d'inciter les trois grands groupes américains à s'y affronter par écuries interposées. Ce championnat disputé sur plus d'une quarantaine d'épreuves (toutes organisées sur circuit) met aux prises des voitures de série dont la préparation se limite à l'utilisation d'options mécaniques figurant dans le catalogue du constructeur.

musclescars 3 nascar.jpg

Lorsqu'une Ford Galaxie triomphe sur la piste du circuit de Daytona Beach, le commun des mortels possédant la même auto pouvait croire que c’est la voiture qu’il utilise tous les jours qui l’avait emporté, mais en réalité, les modifications tolérées par le règlement transfigurent complètement les performances de ces modèles qui n'ont plus grand' chose a voir avec les voitures de série dont elles sont issues….

muscles 3 1960_Ford_Galaxie_Starliner.jpg

musles cars 3 1963-Ford-Galaxie-Race-Car.jpg

  Pour faciliter l'homologation au championnat, Ford, Chrysler, Chevrolet et Pontiac  vont même commercialiser en petite série plusieurs V8 à haut rendement (disponibles en option) dont la puissance dépasse sensiblement les 400 chevaux.

Mais des idées germent.....l'installation d'un "big block" (moteur d'une cylindrée supérieure à 6 litres) dans une caisse relativement légère qui allierait vitesse et performance ,en obtenant un  rapport poids/puissance plus favorable (de l'ordre de 5 kg/ch en moyenne) et donc, de garantir à l'acheteur des performances hors du commun dans lesquelles les capacités d'accélération devait  convaincre les plus sceptiques et c'est de chez Pontiac que va sortir le premier modele d'une génération qui va en enchanter plus d'un...

 


La Pontiac Tempest  "GTO", lancée au début de l'année 1964, va transformer durablement le "paysage" automobile américain. Née de l'inspiration féconde de John Zacchary De Lorean ( patron de Pontiac division depuis 1956   ), cette série aura pour vocation première de défrayer la chronique en prétendant égaler les temps d'accélération de la déjà mythique Ferrari 250 GTO (d'où sa désignation plutôt provocante...). Prétention confirmée par les premiers essais de la presse automobile qui manifestera un enthousiasme débridé à l'égard de ce "cocktail explosif" affichant 348 chevaux dans son exécution la plus puissante pour un poids à vide inférieur à 1500 kilos...

muscles cars3 pontiac gto 2.jpg

Autre particularité : hormis quelques options mécaniques conçues spécifiquement pour ces modèles, la plupart des "muscle cars" de la grande époque utilisent un maximum de composants provenant de la grande série, ce qui réduit d'autant leur prix de revient et permet donc de les commercialiser à un tarif suffisamment attractif pour attirer une clientèle majoritairement jeune.


18:00 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

24/02/2011

Muscles cars history : La course a la puissance

A partir de 1952, les grandes marques vont donc livrer bataille sur le terrain de la puissance pure en s'évertuant, chaque année, à dépasser le record de l'année précédente et a ce jeu de la surenchère systématique, la marque Chrysler prendra un avantage décisif en franchissant la première le seuil symbolique des 300 chevaux (bruts) dès 1955 avec sa série "300" (cette désignation faisant référence à la puissance brute du moteur) conçue comme une gamme spécifique dotée de hautes performances (plus de 200 km/h revendiqués) et de caractéristiques techniques privilégiant la maniabilité et la tenue de cap à grande vitesse.

Chrysler 300 1955

 

muscles 2 chrysler 300 55.jpg

 

 

Proposée à un prix élevé et produite a seulement  1725 exemplaires , cette Chrysler très spéciale est bien l'ancêtre spirituel des "muscle cars" apparus 10 ans plus tard.

 Pendant plusieurs années, la série 300 lettrée de Chrysler  s'est imposée comme la référence absolue sur le marché américain, la puissance de son V8 étant progressivement portée à 375 et même 400 chevaux en option sur la 300 F de 1960, la vitesse de pointe se situant désormais au delà des 230 km/h en dépit d'un poids à vide de plus de 2 tonnes et d'un équipement de série particulièrement luxueux incluant direction assistée, boite automatique, sièges et glaces électriques, etc.

Chrysler 300F 1960

muscles 2 chrysler 300 f 1960.jpg

D' autres modèles de cette génération méritent de figurer dans la liste des muscle cars "préliminaires". A commencer par les De Soto Adventurer, Plymouth Fury et Dodge D500 qui ont toutes repris la formule initiée par la Chrysler 300 en l'adaptant à leur niveau de gamme.

DeSoto Adventurer 1955

muscles 2 desoto adventurer 55r.jpg

Plymouth Fury 1955

muscles 2 fury 55.jpg

Outre cette lignée de modèles à puissance tres exceptionnelle  développée par le groupe Chrysler, on peut également mentionner la Hudson Hornet  produite de 1951 a 1954, une excellente routière performante et fiable qui s'illustrera plusieurs saisons durant au championnat Nascar réservé aux voitures de série et symbolise une fin en beauté pour les 6 cylindres en ligne à soupapes latérales.

Hudson Hornet 1954

muscles 2 hudson hornet 54.jpg

On n'oubliera pas davantage les Oldsmobile 88 1949-52 et Lincoln 1952-54 dont les bons résultats dans les différentes éditions de la célèbre "Carrera Panaméricana" disputée au Mexique témoignent d'un niveau de performances élevé pour l'époque. On peut encore citer la très ambitieuse Studebaker Golden Hawk 1956-58 dont le style élancé était en rapport avec le tempérament de son V8 gavé par un compresseur.

Studebaker GoldenHawk 1957

muscles 2 golden hawk 57.jpg

 

Tous ces modèles atypiques ont sans nul doute contribué au développement ultérieur des "muscle cars" en stimulant l'inspiration des ingénieurs motoristes. Même si elles ne font pas partie de cette "famille", la Chevrolet Corvette et la Ford Thunderbird méritent égalent d'être mentionnées dans ce chapitre car elles ont elles aussi marqué les années 50 en y insufflant un nouvel état d'esprit tourné vers la performance. Ce sont tous ces modèles qui ont introduit le "fruit défendu" sur les "highways" américaines en imposant leur puissance tranquille et leurs irrésistibles accélérations. Une façon bien particulière de conditionner les esprits et de préparer la "voie royale" consacrant l'épanouissement des futurs "muscle cars"...

16:00 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |

23/02/2011

Muscles cars history : Les prémices

Il n’existe aucune définition officielle a l' expression "muscle car" . Cependant on admet le plus souvent qu'elle regroupe les versions les plus sportives proposées dans les gammes des voitures américaines de l'époque . Pourtant,cette mode a un début,et celui ci se situe a la fin des années 40,ou,on va le voir,la puissance du moteur joue déja un role prépondérant.

Les premiers V8 culbutés à haute compression sont apparus dans les gammes Oldsmobile et Cadillac du millésime 1949. Ce sont ces moteurs à rendement élevé qui ont engendré une irrésistible "course à la puissance" impliquant les principaux groupes américains durant toutes les années 50.

Cadillac serie 61" sedanet" 1949

MUSCLE 1 cadillac61 1949.jpg

Oldsmobile 88 clubcoupé  1949

 

MUSCLES 1949_Oldsmobile_88_Club_Coupe.jpg

 

Jusqu'en 1951, la firme Cadillac conservera une relative avance avec son excellent V8 de 331 ci (environ 5,4 l) développant initialement 160 chevaux. Mais, cette année-là, Chrysler sort  son très ambitieux V8 "Firepower" à culasses hémisphériques et culbuteurs croisés développant 180 chevaux pour une cylindrée identique (331 ci, lui aussi).

MUSCLES Chrsler_Old_Hemi_FIREPOWER.jpg

  L'année suivante, Cadillac retrouvera toutefois sa suprématie pour une courte période en relevant la puissance de son V8 à 190 chevaux. Et ainsi de suite jusqu'à la fin des années cinquante où les meilleurs V8 du marché culmineront à plus de 350 chevaux moyennant une élévation progressive du taux de compression et un accroissement constant de la cylindrée.

Cette "course à la puissance" procédait à l'origine d'une nécessaire adaptation technique aux nouveaux équipements de confort introduits initialement dans les gammes "hautes" (servo-direction, boite automatique, air conditionné, etc...) et qui avaient malheureusement  l'inconvénient d' être de grands consommateurs d'énergie….

Lincoln Premiere 1954

 

MUSCLES 1954-Lincoln-purple-silv-le.jpg

 

 

Dans un premier temps, seules les marques de catégorie moyenne et supérieure (Chrysler et Imperial, Lincoln, Oldsmobile et Cadillac) profiteront donc de cette nouvelle génération de moteurs, la standardisation du V8 culbuté à toutes les gammes intervenant plus tardivement, à partir de 1954/55.

Imperial Newport 1954

 

MUSCLES IMPERIAL 54.jpg

 

 

Mais, très vite,  on constatera que l'argument d'une puissance élevée n'était pas sans influencer les choix de la clientèle….. Au point de devenir un critère discriminant flattant l'ego de l'acheteur d'une Cadillac ou d'une Lincoln.

18:58 Écrit par C.fan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : muscles cars history |  Facebook |